23/06/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : chaine de télévision Soyouz

Résultats de la recherche : chaine de télévision Soyouz

Deuxième version du reportage sur l’exposition « De l’Incarnation à la Résurrection » sur la chaine de télévision russe « Soyouz »

La chaine de télévision orthodoxe russe Soyouz a diffusé une deuxième version du reportage sur l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection" dans la galerie d'Orthodoxie.com à Paris. Elle rassemble des oeuvres de l'artiste biélorusse Irina Kotova (autre exposition en cours à Paris). L'exposition se poursuit jusqu'au 11 janvier. Le 10 janvier, dans la soirée, aura lieu une nocturne de l'exposition, de 20 heures à 21h30, juste après une performance artistique. Ci-dessous: le reportage diffusé sur Soyouz.

Deuxième version du reportage sur l’exposition « De l’Incarnation à la Résurrection » sur la chaine de télévision russe « Soyouz »

La chaine de télévision orthodoxe russe Soyouz a diffusé une deuxième version du reportage sur l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection" dans la galerie d'Orthodoxie.com à Paris. Elle rassemble des oeuvres de l'artiste biélorusse Irina Kotova (autre exposition en cours à Paris). L'exposition se poursuit jusqu'au 11 janvier. Le 10 janvier, dans la soirée, aura lieu une nocturne de l'exposition, de 20 heures à 21h30, juste après une performance artistique. Ci-dessous: le reportage diffusé sur Soyouz.

Deuxième version du reportage sur l’exposition « De l’Incarnation à la Résurrection » sur la chaine de télévision russe « Soyouz »

La chaine de télévision orthodoxe russe Soyouz a diffusé une deuxième version du reportage sur l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection" dans la galerie d'Orthodoxie.com à Paris. Elle rassemble des oeuvres de l'artiste biélorusse Irina Kotova (autre exposition en cours à Paris). L'exposition se poursuit jusqu'au 11 janvier. Le 10 janvier, dans la soirée, aura lieu une nocturne de l'exposition, de 20 heures à 21h30, juste après une performance artistique. Ci-dessous: le reportage diffusé sur Soyouz.

Un autre reportage de la chaine de télévision « Soyouz » sur le vernissage du 10 décembre dans les locaux d’Orthodoxie.com

Un autre reportage de la chaine de télévision Soyouz sur le vernissage de l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection", le 10 décembre dans les locaux d'Orthodoxie.com, a été mis en ligne (sur Youtube, sur Rutube). L'exposition dure jusqu'au 11 janvier.

Un reportage de le chaîne de télévision « Soyouz » sur le vernissage de l’exposition « De l’Incarnation à la Résurrection »

Le chaîne de télévision orthodoxe russe Soyouz a diffusé un court reportage, que vous pouvez visionner ci-dessous, sur le vernissage de l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection", le 10 décembre, qui présente des oeuvres de l'artiste biélorusse Irina Kotova, dans les locaux d'Orthodoxie.com (autre exposition de l'artiste actuellement à Paris). L'exposition se poursuit jusqu'au 11 janvier prochain. 

Un reportage de le chaîne de télévision « Soyouz » sur le vernissage de l’exposition « De l’Incarnation à la Résurrection »

Le chaîne de télévision orthodoxe russe Soyouz a diffusé un court reportage, que vous pouvez visionner ci-dessous, sur le vernissage de l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection", le 10 décembre, qui présente des oeuvres de l'artiste biélorusse Irina Kotova, dans les locaux d'Orthodoxie.com (autre exposition de l'artiste actuellement à Paris). L'exposition se poursuit jusqu'au 11 janvier prochain. 

Un bureau à Saint-Pétersbourg pour la chaine de télévision « Soyouz »

Des locaux du diocèse de Saint-Pétersbourg, situés dans le monastère Sainte-Trinité-Saint-Alexandre-Nevsky, viennent d'être remis au représentant de la chaine de télévision orthodoxe russe "Soyouz". Cette installation permettra de développer des programmes et de donner plus d'informations sur la vie du diocèse de Saint-Pétersbourg.

Source: Patriarcat de Moscou

La chaine de télévision orthodoxe « Soyouz » distribuée sur le principal réseau cablé de Minsk (Biélorussie)

La chaine de télévision orthodoxe Soyouz ("Union") est distribuée, depuis le 11 février, par le principal réseau cablé de Minsk (Biélorussie), RMIT qui dessert plus de 550 000 abonnés. Soyouz est la seule chaine de télévision orthodoxe russe qui diffuse des programmes 24h/24. Fondée en 2005 dans le diocèse d'Ekaterinbourg en Russie, avec la bénédiction de l'évêque local, elle s'est considérablement développée depuis. Outre les pays de la CEI, la chaine Soyouz peut être reçue, depuis le 1er octobre 2010, en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique du nord, en Amérique du nord et du centre (voir ici), par l'intermédiaire de deux satellites (Hotbird-6 et Galaxy-19). Depuis octobre 2009, l'équipe du portail orthodoxe biélorusse Sobor, installée dans les locaux de la paroisse Notre-Dame-Joie-des-Affligés à Minsk, produit des programmes et des reportages pour Soyouz. Il est aussi possible de visionner Soyouz en ligne sur le site de la chaine et de revoir les reportages et les émissions.

Le patriarche de Moscou Cyrille a consacré l’église de la Résurrection du Christ et des nouveaux martyrs et confesseurs de Russie à Moscou

Le 25 mai 2017, en la fête de l’Ascension du Seigneur, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré l’office de la grande dédicace de l’église de la Résurrection du Christ et des nouveaux martyrs et confesseurs de l’Église russe, située au monastère stavropégique Sretensky de Moscou. Ensuite, le patriarche a présidé la célébration de la Divine Liturgie dans la nouvelle église. Concélébraient avec le patriarche : le métropolite de Kroutitsy et de Kolomna Juvénal, vicaire patriarcal du diocèse de Moscou ; le métropolite de Saint-Pétersbourg et Ladoga Barsanuphe, chancelier du Patriarcat de Moscou ; le métropolite de Volokolamsk Hilarion, président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou ; le métropolite d’Amérique orientale et de New York Hilarion, primat de l’Église russe hors-frontières ; le métropolite d’Istrinsky Arsène, premier vicaire patriarcal pour la ville de Moscou ; le métropolite de Saratov et de Volsk Longine ; l’archevêque de Berlin et d’Allemagne Marc (Église russe hors-frontières) ; l’archevêque de San Francisco et d’Amérique occidentale Cyrille (Église russe hors-frontières) ; l’archevêque de Vereïa Eugène, président du comité de l’éducation de l’Église orthodoxe russe et recteur de l’Académie ecclésiastique de Moscou ; l’archevêque de Montréal Gabriel (Église russe hors-frontières) ; l’archevêque de Genève et d’Europe occidentale Michel (Église russe hors-frontières) ; l’archevêque de Chicago et d’Amérique centrale Pierre (Église russe hors-frontières); l’archevêque de Serguiev-Possad Théognoste, président du Département synodal des monastères et du monachisme, supérieur de la Laure de la Trinité-Saint-Serge ; l’archevêque de Peterhof Ambroise, recteur de l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg ; l’archevêque de Solnetchnogorsk Serge, dirigeant du secrétariat administratif du Patriarcat de Moscou ; l’évêque Eutychès (Kourotchkine) ; l’évêque de Caracas et d’Amérique du Sud Jean (Église russe hors-frontières) , l’évêque de Seattle Théodose (Église russe hors-frontières), l’évêque de Voskresensk Sabbas, premier vicaire du chancelier du Patriarcat de Moscou et supérieur du monastère Novospassky de Moscou ; l’évêque de Yegorevsk Tikhon, président du Conseil patriarcal pour la culture, supérieur du monastère Sretensky ; l’évêque de Bogorodsk Antoine, dirigeant de l’administration patriarcale pour les institutions de l’étranger. Un grand nombre de prêtres concélébraient, dont l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou et l’archiprêtre Victor Potapov, recteur de l’église Saint-Jean-Baptiste à Washington. Outre le président Poutine, étaient présents le ministre de la culture de la Fédération de Russie V. Medinsky, le représentant plénipotentiaire du président de la Fédération de Russie dans le District fédéral central A. Beglov, le maire de Moscou S. Sobianine, ainsi que les entrepreneurs et artistes ayant participé à la construction de l’église. Au cours de l’office, les chants étaient assurés par deux chorales, celles du monastère et du séminaire de Sretensky. La cérémonie était retransmise en direct par les chaînes orthodoxes de télévision « SOYOUZ » et « SPAS ». Lors de la consécration, les reliques du saint hiéromartyr Hilarion (Troïtzky, +1929), archevêque de Vereïa, protecteur spirituel du monastère Sretensky, qui fut son recteur dans les années vingt du siècle passé, ont été transportées depuis l’église du monastère dédiée à l’icône de N.D. de Vladimir, jusqu’à la nouvelle église, et placées à droite du sanctuaire. La procession était présidée par le patriarche de Moscou Cyrille. Après l’ecténie double de la Liturgie, le patriarche a récité la prière pour la paix en Ukraine. La prédication avant la communion était prononcée par le hiéromoine Ignace (Chestakov) du monastère Sretensky. À l’issue de la Liturgie, l’évêque de Yegorevsk Tikhon a salué le patriarche et lui a offert un encolpion. Après avoir prononcé l’homélie, le patriarche Cyrille a remercié le maire de Moscou S. Sobianine pour son aide à la construction de la nouvelle cathédrale du monastère Sretensky et lui a décerné l’ordre du saint Prince Daniel de Moscou. Remerciant le patriarche pour cette distinction, S. Sobianine a déclaré : « Votre Sainteté, Chers amis, pour moi, cela est un grand honneur, une grande distinction. Je considère que cela représente de l’estime pour les travaux communs et la collaboration mutuelle entre la ville, le conseil municipal de Moscou et le Patriarcat de Moscou. Avec vous, Votre Sainteté, nous construisons à Moscou des dizaines de nouvelles églises, tandis que des dizaines d’édifices et d’églises anciennes renaissent de leurs ruines. Avec vous, nous rendons à Moscou son héritage spirituel et culturel. Et cette église remarquable constitue un exemple de ce que nous créons ensemble, de grandes églises, un grand héritage qui servira à la population des centaines d’années. Hormis la construction de l’église, un quartier entier de la Moscou historique a été reconstruit. C’est une « perle » qui servira de nombreuses années aux habitants de Moscou. Merci à vous, Votre Sainteté ! » Le patriarche Cyrille a ensuite remis l’ordre de Saint-Daniel à l’évêque de Yegorevsk Tikhon pour tous ses labeurs liés à la construction de la nouvelle église. Le patriarche a également fait don à la nouvelle église d’une ancienne icône du Sauveur. À son tour, le président Poutine s’est adressé à l’assistance par cette allocution : « Il est profondément symbolique que la nouvelle église soit inaugurée en l’année du centenaire des révolutions de février et d’octobre, qui ont été le point de départ de très nombreuses et très dures épreuves par lesquelles a dû passer notre pays au XXème siècle (…) Nous devons nous rappeler tant les pages lumineuses que les pages tragiques de l’histoire, nous devons apprendre à recevoir celle-ci dans son ensemble, objectivement, sans ne rien passer sous silence. C’est seulement ainsi qu’il est possible de comprendre dans son intégralité et tirer les conséquences des leçons que nous a apporté le passé », a continué V. Poutine. « Nous savons comme la paix civile est fragile, maintenant nous le savons, nous ne devons jamais l’oublier. Nous ne devons pas oublier à quel point il est difficile de cicatriser les blessures des division », a-t-il ajouté. « Aussi, notre obligation commune est précisément de faire tout ce qui dépend de nous pour préserver l’unité de la nation russe » a encore déclaré le président russe. La prise de conscience des objectifs communs « dont le principal est le bien-être de chaque homme en particulier et de notre Patrie dans son ensemble est la clef qui aide à surmonter les différends (…) La preuve la plus évidente en est le rétablissement de l’unité de l’Église orthodoxe russe, dont nous célébrons le dixième anniversaires en ces jours », a souligné le président. « L’Église orthodoxe russe ici, en Russie, souffrante, faisant des pertes énormes, a toujours été avec le peuple. Quant à l’Église orthodoxe russe à l’étranger, elle a toujours aidé nos compatriotes se trouvant loin de la Patrie, non seulement à garder la foi, mais aussi à ressentir son lien étroit avec la Patrie, la Russie, avec ses traditions, sa langue, avec notre culture (…) et le rétablissement de l’unité a renforcé ce lien. Ce rétablissement est devenu et demeure un événement d’un écho moral énorme, le symbole et l’exemple du fait que l’histoire de notre pays, son passé, peuvent et doivent non pas nous diviser, mais tous nous unir », a-t-il conclu. Le président a offert une icône de St Jean Baptiste du XIXème siècle à l’église de la Résurrection du Christ et des nouveaux martyrs et confesseurs de Russie. En réponse à l’allocution présidentielle, le patriarche Cyrille a déclaré : « De mon côté, je voudrais vous saluer tous chaleureusement à l’occasion du dixième anniversaire de la réunion de l’Église russe hors-frontières et du Patriarcat de Moscou dans l’espoir que les résultats de cette réunification deviendront encore plus manifestes et significatifs pour toute notre Église. Nous avons le temps d’approfondir cette unité, la rendre encore plus solide, pour que dans toute sa plénitude, elle serve au rétablissement de la piété et de la foi dans notre peuple. Encore une fois, je souhaite à tous une bonne fête ! ». Des petites icônes du saint hiéromartyr Hilarion imprimées avec la bénédiction patriarcale, ont été distribuées à tous les fidèles présents. Ensuite, le président Poutine et le patriarche ont visité la crypte de la nouvelle cathédrale, dédiée à saint Jean Baptiste et aux douze apôtres, ainsi que le bâtiment du séminaire Sretensky, où a eu lieu une courte rencontre du président avec les hiérarques de l’Église russe hors-frontières venus à la dédicace de l’église. Le film vidéo complet de la consécration de l’église et de la Liturgie est disponible ci-dessous.

Source et photographies

Le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie et le métropolite Rostislav des Terres tchèques et de Slovaquie célèbrent la liturgie de la Dormition à l’église de la Dormition du kremlin de Moscou

Le 28 août 2016, fête de la Dormition de la Mère de Dieu, Sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie et Sa Béatitude le métropolite Rostislav des Terres tchèques et de Slovaquie ont célébré la Divine liturgie à la cathédrale patriarcale de la Dormition au Kremlin de Moscou.
Le métropolite Rostislav est arrivé le 26 août en visite officielle, accompagné d’une délégation de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie.

Sa Sainteté et Sa Béatitude concélébraient avec le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, le métropolite Kallistos de Diokleia (Patriarcat de Constantinople), le métropolite Arsène d’Istra, premier vicaire patriarcal pour la ville de Moscou, l’archevêque Michel de Prague et des Terres tchèques, l’archevêque Georges de Michalovce-Košice, l’évêque Serge de Solnetchnogorsk, directeur du Secrétariat du Patriarcat de Moscou, l’évêque Tikhon de Podolsk, l’évêque Tikhon d’Egorevsk, secrétaire exécutif du Conseil culturel patriarcal, supérieur du monastère stavropégique de la Sainte-Rencontre de Notre-Dame-de-Vladimir, l’archiprêtre Vladimir Divakov, secrétaire du Patriarche pour la ville de Moscou, l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du DREE, l’archimandrite Séraphin (Chemiatovski), représentant de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie auprès du Patriarche de Moscou et de toute la Russie, l’archiprêtre Nicolas Lichtcheniouk, représentant de l’Église orthodoxe russe auprès de l’Église des Terres tchèques et de Slovaquie, recteur de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Karlovy Vary (Tchéquie), les doyens et le clergé de Moscou.

Des hommes d’état assistaient à l’office, ainsi que des personnalités du monde de la culture.

La liturgie était chantée par le chœur du monastère de la Sainte-Rencontre de Notre-Dame-de-Vladimir, sous la direction de Nikon Jila.

Après l’écténie instante, le Primat de l’Église orthodoxe russe a prié pour la paix en Ukraine.

L’office était retransmis en direct sur la chaîne de télévision « Soyouz ».

A la fin de la liturgie, le Patriarche Cyrille a prononcé une homélie :

« Béatitude, Monseigneur Rostislav, métropolite des Terres tchèques et de Slovaquie, Éminences, Excellences, Pères, chers frères et sœurs,

L’Église célèbre aujourd’hui une grande fête, celle de la Dormition de la Mère de Dieu. Cette année, nous la célébrons un dimanche, ce qui nous rappelle le lien étroit existant entre cette fête et celle de la Sainte Pâque. Ce n’est pas un hasard, si les fidèles appellent la Dormition la Pâque de la Mère de Dieu, car nous célébrons aujourd’hui l’ascension de la Mère de Dieu avec son corps dans les cieux, le ravissement de Sa nature humaine, son âme, son corps, vers la vie divine. La Dormition nous rappelle la Pâque du Christ, parce que notre Seigneur Jésus Christ est la Résurrection et la Vie. Par Sa Croix et Sa Résurrection, Il a donné à tout homme qui croit en Lui l’espoir de la vie éternelle. Ces paroles du Sauveur : « Qui croit en moi, même s’il meurt, vivra » (Jn 11, 25) s’adressent en premier lieu à la Très-pure et Toute-bénie Reine des cieux : elle revit après la mort par la force de la Grâce divine, et habite aujourd’hui dans les demeures de Son Fils et notre Dieu.

Nous vivons des temps difficiles, où les chrétiens de nombreux pays font l’objet de pressions. Bien plus, dans certains états, la foi en Christ crucifié et ressuscité est poursuivie comme un délit, et certains sont mis à mort à cause de leur fidélité à leurs convictions chrétiennes. Par ailleurs, en dehors de persécutions directes contre l’Église et les chrétiens, il existe d’autres formes dangereuses de lutte contre le principe divin dans notre vie. Dans bien des pays, la morale révélée par Dieu est détruite, les gens renoncent à toute obligation devant le Seigneur, proclame leur indépendance par rapport au Divin, voire nient Son existence. La société actuelle frappe par la profondeur de la crise morale, annoncée par le Sauveur qui disait : « Par suite de l’iniquité croissante, l’amour se refroidira chez un grand nombre » (Mt 24, 12). Ces paroles établissent un lien important entre la foi, la piété, la dévotion et l’amour. L’amour est un don divin, car Dieu est amour, et l’amour ne peut être suscité dans le cœur humain sans la participation de Dieu. Lorsque l’homme sent un amour fort dans son cœur, il doit se rappeler que le Seigneur l’a touché et qu’Il lui confie une responsabilité : bien disposer de ce grand don de l’amour. C’est pourquoi notre lutte d’aujourd’hui, notre combat pour la préservation du principe moral dans la vie des hommes, pour la préservation de la foi dans les cœurs humains est en quelque sorte une lutte pour que l’amour soit présent dans la vie des hommes, et, par l’amour, ce que nous appelons du simple mot de « bonheur ». L’Église n’a pas d’autre but, n’a pas d’autre objectif que de renforcer la foi dans les cœurs des hommes, leur dévotion, et, par là-même, leur capacité à aimer les autres.

Notre témoignage sera efficace uniquement lorsque nous aurons l’amour entre nous, lorsque nous serons unis, c’est pourquoi il importe que nous contribuions par tous les moyens à l’unité de la Sainte Orthodoxie, des Saintes Églises orthodoxes. Les peuples dont les Églises orthodoxes locales ont la charge ont des modes de vie très différents, car il existe dans le monde bien des cultures différentes ; les conditions politiques, sociales et économiques diffèrent également. La vision du monde des différentes nations en porte l’empreinte, leur positions en dépendent et sont marquées par les contradictions du monde contemporain, que nous le voulions ou non : la nature humaine se fait sentir dans les relations entre les Églises. C’est pourquoi notre capacité à conserver l’unité de l’Église orthodoxe, qui existe dans le monde entier, dépend à la fois des Primats, de l’épiscopat, du clergé, des fidèles. Nous sommes tenus de nous souvenir que la Très-Sainte Mère de Dieu est notre Mère et que nous sommes ses enfants, comme l’a si bien dit saint Théophane le Reclus dans son sermon sur la Dormition, lorsque nous travaillons à renforcer l’unité de la Sainte Orthodoxie.

La joie de la solennité de ce jour est décuplée par la participation de Sa Béatitude le métropolite Rostislav, Primat de l’Église des Terres tchèques et de Slovaquie. Je salue l’archevêque Michel de Prague, l’archevêque Georges de Michalovce-Košice, ainsi que le métropolite Kallistos de Diokleia, représentant du Patriarcat de Constantinople venu dans notre pays en pèlerin.

L’Église orthodoxe russe et l’Église des Terres tchèques et de Slovaquie sont liées par une même tradition, remontant à l’œuvre missionnaire de saints Cyrille et saint Méthode. Ce sont eux qui ont proclamé la bonne nouvelle du Christ ressuscité dans les terres de la Grande Moravie, leur prédication dans ces contrées ayant entraîné par la suite le baptême de la Rus’. En 1951, l’Église orthodoxe russe a octroyé l’autocéphalie canonique à l’Église orthodoxe de Tchécoslovaquie. Cet acte n’était pas dicté par la conjoncture politique, ni par l’influence de forces laïques, mais par une claire conscience de la difficile situation dans laquelle demeuraient nos frères et sœurs de Tchécoslovaquie après la guerre. Pour des raisons politiques, personne, hormis l’Église russe, ne pouvait apporter une aide réelle aux orthodoxes de Tchécoslovaquie. Alors que nous n’avions alors guère de forces non plus, alors que nos églises étaient fermées, que le clergé ne faisait encore que rentrer des camps et des prisons, alors que le peuple éprouvait encore les conséquences de l’agression fasciste, nos pères ont ressenti la nécessité d’être avec le peuple orthodoxe de la Tchécoslovaquie d’alors, non pas pour dominer ce troupeau, non pas pour dicter à ce petit troupeau ses conditions, mais pour accorder quelques années plus tard, en 1951, à l’Église de Tchéquie et de Slovaquie, la pleine et entière indépendance canonique, le statut d’autocéphalie. Aujourd’hui, 65 ans plus tard, nous constatons que l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie fait pleinement partie de la famille des Églises orthodoxes locales autocéphales, et nous en remercions Dieu. Elle croît peu à peu, remplissant dignement sa mission salutaire, consolant et affermissant les peuples de Tchéquie et de Slovaquie dans la vraie foi, portant la lumière de la sainte foi orthodoxe aux cœurs de milliers d’hommes. A notre grande joie, les débats et les quiproquos sur le statut autocéphale de l’Église des Terres tchèques et de Slovaquie ont trouvé leur solution. Ce qui témoigne une fois encore de la justesse de la décision prise par nos pères en 1951, lorsqu’ils proclamèrent l’autocéphalie du petit troupeau orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie.

Nous savons que l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie a traversé une période difficile ces dernières années. L’Église orthodoxe y a sincèrement compatit et a prié avec ardeur pour que le Seigneur guérisse nos faiblesses humaines, illumine les cœurs, donne la paix à l’Église orthodoxe dans l’apanage des saints Cyrille et Méthode. Heureux d’accueillir à Moscou Votre Béatitude et Son honorable suite, nous remercions Dieu de ce que les difficultés soient peu à peu surmontées : le plus difficile appartient au passé. Soyez assurés que vous et vos frères archipasteurs de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie pouvez toujours compter sur le soutien de l’Église-mère, l’Église orthodoxe russe. Elle n’est pas à l’origine de l’Orthodoxie dans les Terres tchèques et de Slovaquie, mais elle est sa mère parce qu’elle a accueilli après la guerre les fidèles orthodoxes éprouvés de Tchéquie et de Slovaquie.

Célébrant aujourd’hui avec votre Béatitude et nos confrères archipasteurs cette liturgie sous les voûtes de cette antique cathédrale, ayant communié au même Calice, nous avons ressenti combien nous étions proches les uns des autres, comme nos cœurs battent à l’unisson, comme notre prière commune découle de notre foi commune. Nous prenons conscience de ce nous avons besoin les uns des autres. Nous croyons que par l’intercession de la Très-sainte Mère de Dieu, des saints Cyrille et Méthode, docteurs des Slaves, égaux aux apôtres, dont la prédication commencée dans les plaines de la Grande Moravie se poursuit aujourd’hui grâce aux hiérarques de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie, par les prières de saint Rostislav, prince de Moravie, dont vous portez le nom, de saint Gorazd et de tous les saints qui œuvrèrent pour que la parole du Seigneur se répande, nos Églises et les peuples dont elles ont la charge demeurent éternellement unis de cœur, glorifiant ensemble le Dieu qui nous a enrichi du don d’un amour mutuel sincère. Amen.

Le Primat de l’Église russe a remis à Sa Béatitude le métropolite Rostislav un encolpion et une croix, ainsi qu’une copie de l’icône de la Vierge de Kazan.

Sa Béatitude le métropolite Rostislav des Terres tchèques et de Slovaquie s’est adressée à son tour au Primat de l’Église orthodoxe russe. « Sainteté, nous vous remercions de tout cœur de l’affection dont témoignent vos paroles, de la sollicitude fraternelle qui nous est témoignée ici partout et par tous, ainsi que de la joie spirituelle que vous nous avez offerte par la concélébration de la Divine liturgie, ici, à la cathédrale de la Dormition du Kremlin de Moscou », a dit notamment le métropolite Rostislav.

« Étant particulièrement proches des vous, nous ressentons l’affection et le soutien de l’Église orthodoxe russe, ainsi que sa sollicitude, a constaté Mgr Rostislav. Nos Églises et nos nations ont des racines culturelles communes, elles sont liées depuis des siècles. Aujourd’hui, dans les murs de cette majestueuse cathédrale, nous n’avons pas seulement le souvenir intellectuel de l’histoire de la Sainte Russie, mais nous ressentons presque physiquement l’intercession de ses saints, la force de sa foi et de sa piété. »

« Qu’aucune influence politique ne vienne mettre un terme aux liens multiséculaires entre nos Églises locales, que ces liens et notre union restent forts pour le bien des fidèles de nos Églises pour de longues années » a conclu le Primat de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie.

Ensuite, le Patriarche Cyrille a congratulé le métropolite Arsène, qui fêtait le 30e anniversaire de son sacerdoce. Un encolpion lui a été offert à cette occasion.

Enfin, différentes personnes ont été décorées par le Patriarche.

Source

L’émission « Isnast » (Biélorussie)

L'émission de la télévision biélorusse Isnast (Belarus 1) a diffusé, le 1er mars, un documentaire sur l'artiste biélorusse Irina Kotova. L'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection" et la performance artistique "Eternité de l'instant" y sont, entre autres, évoquées. L'émission (en russe) peut être visionnée en ligne ici (sur Youtube). Une exposition des oeuvres d'Irina Kotova est en préparation au château de Niasvij (inscrit au patrimoine mondial), en Biélorussie, pour les mois d'août et de septembre.

Biélorussie: une oeuvre de l’artiste Irina Kotova offerte au nouveau métropolite de Minsk et de Sloutsk

MAW_0797Le 18 février, à Minsk, la paroisse dédiée à la Mère de Dieu qui sauve ceux qui sont perdus, construite à la mémoire des victimes de Tchernobyl, à l'occasion de la fête paroissiale (photographies, dont celle ci-contre), a offert une oeuvre (reproduction ci-dessous) de l'artiste biélorusse Irina Kotova, membre de cette paroisse, au nouveau métropolite de Minsk et de Sloutsk, Mgr Paul, qui a succédé, il y a peu, à Mgr Philarète à la tête de l'Eglise orthodoxe biélorusse (exarchat du Patriarcat de Moscou).
Oeuvre_I_K

Par ailleurs, le samedi 1er mars au matin, l'émission Isnast, "Essence", de la Première chaine de la télévision biélorusse, sera entièrement consacrée à Irina Kotova. La récente exposition dans la galerie d'Orthodoxie.com, "De l'Incarnation à la Résurrection", et la performance artistique "Eternité de l'instant", y seront, entre autres, évoquées.

Source: Eglise orthodoxe biélorusse. Photographie ci-dessus: le père Paul Latushko, recteur de la paroisse, offre au nom de la paroisse au métropolite Paul l'oeuvre d'Irina Kotova, qui s'est inspirée à la fois de l'icône de la Mère de Dieu qui sauve ceux qui sont perdus et de l'église paroissiale.

Vendredi 10 janvier à Paris: performance artistique, nocturne de l’exposition « De l’Incarnation à la Résurrection », présentation d’icônes

Le vendredi 10 janvier à Paris, en soirée, aura lieu une nocturne de l'exposition "De l'Incarnation à la Résurrection" (affiche) de l'artiste biélorusse Irina Kotova, de 20 heures à 21h30, dans la galerie d'Orthodoxie.com (286, rue Saint-Jacques dans le 5e). Y seront également proposées, pour la première fois, une série de 5 icônes véritables, de taille moyenne, à un prix moins élevé que celui qui est généralement demandé. La nocturne sera précédée par une performance artistique originale (affiche) dans l'auditorium Jean XXIII, au 277, rue Saint-Jacques dans le 5e, à 19 heures, en partenariat avec la Mutuelle Saint-Christophe assurances. Elle rassemblera, pour la première fois, trois démarches artistiques qui seront mises en interaction (une présentation) : le dessin, la musique et la parole poétique. Elle s'intitule "Eternité de l'instant". Elle sera réalisée par Irina Kotova, le compositeur et pianiste Kirill Zaborov et le P. Christophe Levalois. Elle sera suivie d'un cocktail. L'entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Un entretien sur l’Ecole doctorale Saints-Cyrille-et-Méthode à Moscou

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a donné un entretien sur l'Ecole doctorale Saints-Cyrille-et-Méthode, dont il est le recteur, sur ce qui est attendu des étudiants, sur les perspectives pour ceux-ci (voir là un reportage de la chaine de télévision orthodoxe Soyouz) et sur la coopération nationale et internationale de l'école avec d'autres établissements d'enseignement supérieur. La traduction française de l'entretien est en ligne ici.

Passage de la procession à moto Vladivostok-Portugal en Biélorussie

La procession à moto, pour la défense de la famille et la protection de la vie, nommée "De l'océan à l'océan" (site web), à démarré le 15 juin à Vladivostok. Le parcours s'étend sur 20 000 km et traverse 23 pays (parcours), va de l'océan Pacifique à l'océan Atlantique. Son slogan est "L'Est et l'Ouest pour la défense de la vie". Elle est actuellement en Biélorussie, depuis le 13 juillet et jusqu'au 23 juillet, avec la bénédiction du métropolite Philarète de Minsk. Le convoi emporte notamment et expose aux étapes une icône de la Mère de Dieu de Czestochowa (une réplique). Elle a été choisie car elle est vénérée par les orthodoxes et par les catholiques. A chaque étape de ce périple, une exposition sur les droits de la vie est mise en place, une distribution de documents d'information est aussi faite. Autour du rallye des conférences, séminaires et concerts sont organisés. Les organisateurs de l'évènement sont orthodoxes et catholiques. Le passage en France est prévu du 26 novembre au 10 décembre. Un reportage photographique de l'étape de Grodno est proposé ici (source de la photographie ci-dessus). En complément: ce reportage (en russe) de la chaine de télévision orthodoxe Soyouz lors de l'étape de Smolensk en Russie.

Les « bases de la psychologie et de la psychothérapie orthodoxe »

La chaine de télévision russe orthodoxe Soyouz (lancée en 2005 au sein du diocèse d'Ekaterinbourg) a diffusé il y a quelques jours un reportage, que l'on peut visionner sur cette page, relatif à des cours sur les "bases de la psychologie et de la psychothérapie orthodoxe". Ceux-ci sont animés par le père Igor Starynin qui oeuvre notamment dans la ville de Mélitopol en Ukraine.

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski